Le quatrième trimestre

Non, non, ce n’est pas une erreur ! Aujourd’hui, je souhaiterais vous parler de cette période peu connue, et encore moins reconnue, qu’est le quatrième trimestre.

Une grossesse, c’est 9 mois, 3 trimestres. C’est le temps qu’il faut pour créer un magnifique mini-nous capable de faire fonctionner son petit corps sans l’aide du cordon ombilical. Cet acte de couper le cordon ombilical est d’une grande symbolique ! D’ailleurs l’expression « couper le cordon » revient souvent plus tard, sur un ton réprobateur et/ou culpabilisant… On coupe le cordon avec ce petit être qui a grandi en nous, lové au chaud, au cœur de notre ventre, au rythme des battements de notre cœur, de notre respiration. Ce petit être qui pendant 9 mois, se sera fait sentir en nous, aura déformé petit à petit notre corps, jusqu’à la naissance et la première rencontre.

Tout d’un coup, le cordon est coupé, et tout s’arrête ? Non ! Vous voilà entrée dans votre quatrième trimestre. Cette période suit en effet le premier cri de votre trésor et s’étend jusqu’au 3e ou 4e mois de vie.

Du côté de bébé

Le bébé humain est le seul mammifère qui naisse si peu avancé en terme de développement. Au fil de l’Histoire et de l’évolution, il a développé une manière de communiquer avec l’adulte, généralement la maman, pour sa survie. Sa technique de communication est au départ très sommaire : pleurs, cris, chouinements, puis gazouillis et sourires. Pendant des millénaires, sa technique de survie a fonctionné. Depuis quelques décennies toutefois, avec l’évolution de la médecine, de la pharmacologie, des technologies, on incite souvent les mères à prendre de la distance. Le cordon a été coupé à la naissance, le bébé n’a plus besoin de sa maman pour survivre : des biberons de lait artificiel, des peluches qui imitent les battements du cœur, des balancelles pour bercer bébé, des tétines pour le besoin de succion, etc. Or durant les 3 premiers mois de sa vie, plus que jamais, un bébé a besoin de sa maman.

Imaginez le choc pour lui : il passe en quelques secondes d’un milieu sombre, tamisé, où les bruits sont assourdis, où la température se situe toujours aux alentours de 37.5°, où il est nourri en permanence, où il est balloté doucement dans le liquide amniotique, à un milieu froid, où il doit apprendre à réguler lui-même sa température, un milieu bruyant, lumineux, où il est séparé de ce qui le rassure le plus, ce qu’il a senti et entendu durant 9 mois, depuis sa conception : sa maman.

Alors pour l’accompagner au mieux durant ce quatrième trimestre, portez-le en écharpe, au plus près de vous, de votre chaleur et de vos battements de cœur. Répondez à ses moindres besoins : faim, se sentir au sec dans la couche, besoin de réconfort, besoin d’être bercé, etc. Non, vous n’en ferez pas un bébé capricieux, un bébé de 3 mois n’a pas la maturité intellectuelle que pour pouvoir manipuler et faire des caprices. Vous répondrez simplement à ses besoins, comme toutes les mères mammifères l’ont fait durant des millénaires et le font encore aujourd’hui (sauf l’humain, tellement évolué…).

Du côté de maman

Durant 9 mois, le corps de la mère s’est modifié pour accueillir et construire bébé. Des tas de phénomènes physiologiques ont eu lieu tels qu’une modification de la circulation sanguine, de la respiration, du système digestif, de la manière de se tenir, etc. Tout a été mis en place pour que le corps puisse porter bébé, lui donner tout ce dont il a besoin pour évoluer en 9 mois de 2 cellules, à un bébé près à naître.

Quand elle accouche, la femme enceinte passe au statut de « maman ». Mais son corps, lui, est toujours « en gestation ». Il faudra de 6 semaines à 3 mois environ pour que le corps se remette de cette incroyable aventure, pour qu’il « déconstruise » tout ce qu’il avait mis en place pour accueillir bébé. L’allaitement est d’ailleurs un facilitateur de cette déconstruction. En effet, la prolactine, l’hormone sécrétée lorsqu’on allaite, augmente le sommeil profond, qui permet une meilleure récupération. Le fait d’allaiter favorise également les contractions utérines post-accouchement, qui vont permettre à l’utérus de retrouver plus ou moins rapidement sa position initiale.

A côté de tous ces phénomènes physiologiques, la jeune maman va également subir un bouleversement psychologique et social : de jeune femme elle passe au statut de mère, elle découvre le lien d’attachement avec son tout petit, son rôle de parent. Elle va aussi devoir accepter ce nouveau corps, se regarder avec bienveillance. Le couple va être complètement remanié, repensé, réorganisé ! La lactation va se mettre en place. Quel chantier !

Mais pour la société actuelle, nous devons nous considérer comme chanceuses ! En Belgique nous avons droit à 15 semaines de CONGE maternité ! Avec une semaine à prendre obligatoirement avant la date de terme. Si comme moi, vous avez été en MAP (Menace d’accouchement prématuré) dès le 6e mois, il ne vous restera que 9 semaines de congé maternité. Mais bon, partons sur 14 semaines post-accouchement, à la maison avec un nouveau-né, qui comme on l’a vu plus haut, a d’énormes besoins. Votre lactation se met en place et allaiter vous demande de l’énergie (une femme allaitante consomme en moyenne 500 calories en plus quotidiennement). Votre corps travaille dur pour opérer cette déconstruction dont on vient de parler. Mais vous êtes en « congé » maternité ! Vous êtes à la maison alors que les autres, eux, travaillent ! Donc pour moins culpabiliser d’avoir ce long congé, vous essayer de tenir votre ménage au top, vous vous fixez des objectifs (boulot, personnels ou autres).

Hé bien non ! Vous, vous avez travaillé plus que n’importe qui d’autre pendant 9 mois. Et maintenant, vous vivez votre dernier trimestre, celui de la déconstruction et celui de l’attachement. Alors ne culpabilisez pas de prendre du repos dès que vous le pouvez. Le ménage pourra bien attendre. Demandez de l’aide à votre entourage, profitez des choses mises en place par les mutuelles telles que des chèques titre-service, etc.

Et le papa ?

Les papas aussi vivent le quatrième trimestre à leur manière. Tout comme ils ont accompagné les changements durant la grossesse ! Depuis la naissance, eux aussi, sont passé du statut de « jeune » au statut de père. Tout leur univers s’est remanié autour de la maman et du bébé.

La communication au cours de ce quatrième trimestre est encore plus importante ! Souvent, la maman qui passe ses journées à décrypter les attentes de son nouveau-né espèrera que son compagnon fasse de même avec elle. Mais les hommes ne fonctionnent pas souvent comme cela et préfèrent des choses dites clairement.

Le papa pourra trouver sa place durant ce quatrième trimestre, même si maman allaite. Les préjugés sont tenaces, et on entend souvent dire que le papa n’aura pas de place s’il ne peut nourrir son bébé. Or un bébé n’est pas uniquement un tube digestif… L’interaction avec lui passe aussi par des moments comme le bain, le bercer, les promenades, lui chanter des chansons, etc. Il y a donc toute une place que le père peut prendre même si la maman allaite. Cela aidera en plus le nouveau-né dans son développement en lui apportant une diversité non négligeable !

En bref, durant ce quatrième trimestre, reposez-vous, prenez soin de vous, faites-vous aider, communiquez avec votre conjoint, et surtout, profitez de chaque instant avec votre bébé !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s