Trouver la bonne crèche

Dans le cadre de la reprise du travail après l’accouchement, une des grandes étapes consiste à réserver une place en crèche pour son schtroumpf. Lorsque c’est notre premier enfant, on ne sait pas toujours à quoi faire attention, ni quelles questions il est utile de poser. Surtout que, si on veut s’assurer une place (en tout cas en région bruxelloise), il faut inscrire son enfant à 3 mois de grossesse pour espérer trouver une structure qui convienne. Mais à 3 mois de grossesse, a-t-on réellement conscience des bouleversements que va occasionner ce petit être qui grandit en nous ? Rien n’est moins sûr ! Alors comment se poser les bonnes questions ?

De notre côté, ce qui nous intéressait, c’était de trouver une petite structure familiale, proche de la maison. Nous pensions avoir trouvé l’endroit idéal à 2 pas de chez nous. Une directrice et puéricultrice qui semblait passionnée, une petite crèche avec peu d’enfants, bref nous avions eu un bon feeling et nous avons donc bloqué la place de notre schtroumpf sans se poser plus de questions que cela.

Puis vint le jour de planifier l’adaptation à la crèche, à 2 semaines de la reprise du travail. Mon schtroumpf avait alors 11 semaines, était toujours allaité exclusivement et à la demande, souffrait d’un RGO important et venait de sortir d’une œsophagite qui nous obligeait à respecter une position semi-assise la plupart du temps et une verticalisation stricte après les tétées. Et il était sous traitement. La verticalisation et le traitement était inscrits sur un certificat du médecin, fourni à la crèche. A ce moment, le schtroumpf commençait à nous faire de belles nuits, et tétait donc toutes les 1h30 / 2h la journée, entre 7h et 21h. Enfin, je ne veux pas diversifier mon schtroumpf avant ses 6 mois, l’allaitement maternel couvrant tous ses besoins jusque là.

Lorsque la puéricultrice m’a appelée pour connaitre les habitudes du schtroumpf et planifier l’adaptation, je lui ai donc exposé tout cela. Voici ses réponses :

« Il tète tous les 2h ? Ah mais ça, ce n’est pas possible hein Madame ! Vous vous rendez compte ? Il n’y a pas que votre fils ! Et puis même pour vous ! Vous n’avez plus de vie à allaiter votre fils toutes les 2h. Ce n’est vraiment pas une bonne chose, je vous conseille vivement d’espacer les tétées. Chez nous, il arrive à 8h et aura un biberon à 12h ! »

Donc en gros… on me demande les habitudes de mon fils, mais on s’en fiche ! On se permet de me dire que ce n’est pas une vie pour moi ? (je suis assez grande pour en juger par moi-même, merci, ma vie me convient parfaitement comme elle est, avec mon fils qui tète toutes les 2h !) Et on laisse un bébé de 11 semaines durant 4h le ventre vide…

« Ah non Madame, je ne peux pas accepter du lait congelé, c’est une question d’hygiène. De toute façon, le lait congelé n’a plus aucun apport nutritif pour votre fils… »

Bref, elle s’y connait en allaitement celle-là… c’est sûr !

« Oh mais vous savez, tous les bébés régurgitent hein ! Si on devait commencer à verticaliser tous les bébés on n’en sortirait pas ! »

Elle n’a pas lu le certificat du médecin, ou alors elle estime avoir de meilleures connaissances qu’un pédiatre en terme de santé de bébé…

« Ca va être compliqué de venir allaité sur place, nous n’avons pas d’endroit adapté et ça ne se fait pas devant les autres enfants ! »

Voilà voilà… c’est vrai que c’est tellement honteux d’allaiter !

« Ici, à 4 mois, on commence les purées. C’est comme ça. Si vous attendez, votre enfant sera allergique à tout. On ne peut pas prendre ce risque à la crèche. »

De nouveau, il semblerait qu’elle ait de meilleures connaissances que la pédiatre qui nous suit et que l’OMS !

Bref, après ce coup de fil, je me suis effondrée ! Je reprenais le boulot 2 semaines plus tard et il était hors de question pour moi de laisser mon fils de 11 semaines avec une puéricultrice qui n’essayerait pas de s’adapter un minimum à lui et qui n’avait visiblement aucune connaissance des bébés allaités. Après plusieurs heures de discussions et de retournement de la question dans tous les sens avec H., nous avons décidé de chercher en urgence une place ailleurs, et de perdre la caution que nous avions donnée pour réserver la place.

Par chance, c’est alors que nous avons trouvé la crèche idéale : le schtroumpf reçoit mon lait (frais ou décongelé à la crèche) à la demande, dort selon son rythme sans période de sieste imposée, est porté en écharpe, verticalisé après les tétées, sa tête de lit est surélevée, et je vais allaiter sur place chaque jour (dans la section même, les autres enfants curieux ont demandé ce que nous faisions et les puéricultrices ont expliqué que bébé buvait le bon lait de maman. Depuis lors chaque fois que je viens allaiter, les petits curieux me font coucou et disent que le schtroumpf mange, c’est mignon), il est même bercé pour s’endormir, comme c’est souvent le cas à la maison. Cela fait maintenant un mois qu’il est entré à la crèche et il commence à attraper un petit rythme, il y va chaque jour avec un grand sourire, et surtout, avec l’aide des puéricultrices qui ont scrupuleusement suivi les indications du médecin quant à son RGO, celui-ci est en nette amélioration ces derniers temps ! Le schtroumpf recevra des purées de légumes et de fruits au moment où de notre côté, à la maison, nous aurons entamé la diversification.

J’ai expliqué notre déconvenue aux puéricultrices de notre crèche actuelle. Elles étaient toutes très surprises. En effet, ce n’est pas à 11 semaines qu’on donne un rythme à un bébé. Un bébé allaité est nourri à la demande, c’est cette règle uniquement qui fera en sorte que l’allaitement se passe bien et que le bébé reçoive tout ce qui lui est nécessaire.

Pour vous éviter ce genre de surprise dont on se passerait bien dans un moment déjà pas évident pour une maman, je vous liste une série de questions que j’ai posées pour la nouvelle crèche, et qui m’ont permis de trouver mon bonheur:Check list crèche

Un autre conseil que je peux vous donner est de communiquer avec les puéricultrices, de leur dire vos craintes, de passer du temps avec elle quand elles ne sont pas débordées. Moi je profite de venir allaiter quand les grands font la sieste et nous avons toujours de chouettes discussions ensemble.

Voilà, j’espère que cet article vous aidera à trouver LA crèche ou LA nounou qui fera votre bonheur, à vous et votre mini schtroumpf! Vous verrez, en se sentant en confiance avec les personnes qui prendront la relève lors de votre reprise du travail, cette étape sera déjà plus simple à passer (même si j’avoue avoir pleuré toutes les larmes de mon corps la première fois que je l’ai laissé seul!).

Bonne chance!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s