Le faux travail

Dans le groupe d’entraide entre mamans pour lequel je suis bénévole, j’ai vu passer un message concernant le faux travail. Une maman en fin de grossesse demandait ce qu’elle pouvait faire pour accélérer le travail car elle enchainait les contractions sans que les choses ne se mettent réellement en route.

Mon conseil ? Se reposer… Je vous partage mon expérience du faux travail.

J’en ai déjà parlé dans mon premier article, à partir de 6 mois de grossesse, j’ai été en MAP, autrement dit, en menace d’accouchement prématuré. La raison ? Des contractions régulières qui ont fini par avoir un effet sur le col après quelques semaines. Donc, depuis les 6 mois de grossesse, j’ai eu des contractions.

Alors il y a les contractions de Braxton Hicks, qui elles, sont tout à fait normales ! A ne pas confondre… Celles-ci sont un peu comme des contractions d’entrainement de l’utérus. Ça contracte, on sent que ça tire, le ventre devient dur, mais on n’a pas de réelle douleur et généralement avec un peu de repos ou un bain, elles s’en vont.

Et puis il y a les contractions, mais de faux travail… Ces contractions-là sont les vraies, elles sont douloureuses et intenses, régulières, se rapprochent, ne passent pas lorsqu’on se détend. Mais pourquoi faux travail ? Car elles n’ont pas d’effet sur le col.

Lorsque j’étais en MAP j’ai eu un traitement qui a arrêté les contractions car justement, à ce moment, les contractions ont eu un effet sur mon col. Mais à 37 semaines, j’ai pu l’arrêter et le schtroumpf pouvait alors arriver à tout moment selon les médecins. On était sortis de la case « prématuré » donc nous n’avions qu’une hâte, enfin le rencontrer ! Quelques jours après l’arrêt du traitement : contractions ! Douloureuses, qui montent en intensité, à intervalle de 2 minutes pendant plus de 2 heures. Branlebas de combat à la maison : c’est l’heure, le schtroumpf arrive !

Une fois à la maternité, on fait tous les examens, le monito confirme les belles contractions MAIS aucun effet sur le col… Rien n’a bougé depuis la dernière visite. On me renvoie à la maison. Les contractions passent.20180523_133228

J’ai ensuite commencé à contracter tous les jours, pratiquement non-stop. Des contractions parfois douloureuses, parfois pas. Plusieurs fois, 4 fois si mes souvenirs sont bons, nous sommes allés à la maternité car on pensait que c’était la bonne. Chaque fois, on nous a renvoyé à la maison car le col ne bougeait pas. Pendant 3 semaines, j’ai enchainé les faux travails.

Le faux travail est épuisant, tant physiquement que moralement. Vous devez gérer la douleur de la contraction, plusieurs dizaines de minutes ou parfois plusieurs heures de contractions intenses, mais tout ça ne sert strictement à rien… Découragée moralement par ces faux travails, j’ai tenté tous les remèdes de grand-mère : longues balades à un pas soutenu, grand ménage, monter et descendre les escaliers, les câlins avec H., les balades en voiture dans les rues pavées, les petits sauts sur mon ballon tous les soirs, l’homéopathie et les tisanes de feuilles de framboisier. Et me voilà arrivée à 40 semaines, avec un ventre énorme, mes 13 kilos supplémentaires, faisant toutes ces activités, pour finir littéralement épuisée.

La dernière semaine, j’ai alors décidé de lâcher prise. Nous avions visiblement un petit farceur, et s’il ne venait pas, c’est qu’il n’était pas prêt. Les contractions ont continué, mais comme je relativisais à présent, sachant que 9 jours plus tard je serais provoquée et qu’on l’aurait dans nos bras, je les acceptais. Ces quelques jours ont été plus que salutaires. J’ai réellement profité de ma fin de grossesse sans stress, en prenant les contractions sereinement, en parlant à mon schtroumpf, etc.

Cette semaine fut magique.

Finalement, j’ai commencé le travail lorsque nous étions aux urgences de la clinique vétérinaire pour mon chat. Et cette fois-là, j’avais clairement une fissure de la poche des eaux, donc j’ai su que c’était enfin la bonne ! Et je dois dire que je suis plus qu’heureuse d’avoir pu me reposer les quelques jours avant, car le travail a commencé à 13h le vendredi et le schtroumpf est né à 15h le samedi…

En résumé, le faux travail est épuisant et frustrant. On peut aussi ne pas se sentir entendue par les professionnels de la maternité qui nous remballent chez nous. On a l’impression de faire n’importe quoi, de donner des faux espoirs à tout le monde, on a peur de déranger la maternité. On finit même par s’en vouloir « pourquoi ne suis-je pas capable d’avoir des contractions qui fonctionnent ?? »… Alors mes conseils :

  • Consultez toujours, même lors d’un faux travail car seule une sage-femme pourra vous dire si oui ou non ça a un impact sur le col, et donc si oui ou non vous êtes en vrai travail ou pas
  • Reposez-vous dès que ça se calme, détendez-vous, prenez du temps pour vous dans cette dernière ligne droite
  • Déculpabilisez : si le travail ne se lance pas réellement, ce n’est pas de votre faute, bébé n’est pas prêt, ça viendra
  • Profitez de la fin de votre grossesse, bébé sera bientôt dans vos bras, mais vous serez vite nostalgique de ces moments où vous sentiez la vie en vous
  • Continuez les galipettes avec Monsieur, parce-que ça au moins, ça fait bien dormir 😊

Bon courage ! C’est bientôt la fin!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s