La préparation affective à la naissance

Aujourd’hui j’ai envie de revenir sur la façon dont je me suis préparée à accueillir mon petit schtroumpf. Enceinte, j’ai suivi des cours d’haptonomie, aussi appelée « préparation affective à la naissance ». N’étant pas haptonome, mon but n’est pas de vous expliquer exactement en quoi cela consiste, mais plutôt de partager mon ressenti. Lorsque je repense à cette période, à la première fois où je suis entrée en contact avec le schtroumpf, bien avant sa naissance, je suis littéralement submergée par l’émotion. Tout mon parcours avec l’haptonomie fut simplement magique.Papa_1

J’ai commencé les cours à 24 semaines, le 7 mars 2018. J’étais accompagnée par H. et le mini schtroumpf avait alors commencé à se faire sentir depuis peu. Nous avons été accueillis par Laurence, et immédiatement, je me suis sentie sereine et en confiance à son contact. Laurence a cette capacité à dégager tellement d’ondes bienveillantes et positives, qu’on ne peut que se sentir bien. Après une explication de la méthode, du programme, de l’évolution de la grossesse jusque-là, et de mon projet d’accouchement, j’ai pu poser mes mains sur mon ventre. Pour la première fois en 24 semaines, j’allais réellement entrer en contact avec mon fils…

Bon, en réalité, c’était sans compter que mon petit farceur n’a jamais été très coopératif : il nous montrait ses jolies fesses lors de l’écho 3D, il arrêtait de bouger lorsque quelqu’un posait la main sur mon bidou, et lors de cette première séance, il dormait ou en tout cas, faisait son timide ! Laurence a bien senti un léger mouvement, mais aussi bien H. que moi étions un peu déçu de ne pas parvenir à entrer en contact avec lui ce jour-là.

De retour à la maison, j’ai appliqué chaque jour les conseils que j’avais reçu. Et puis un soir… La magie a opéré ! Mon petit schtroumpf venait se glisser sous ma main après que je l’ai appelé ! J’ai alors déplacé doucement ma main sur mon ventre, et il a suivi. Les premiers déplacements étaient timides, mais au fil des semaines, il suivait de plus en plus vite mes mains. J’ai passé de nombreux moments à jouer ainsi avec lui. Et au fil du temps, lors de nos jeux, mon bébé devenait un peu plus réel, un peu plus concret. Je prenais conscience qu’il était là, à l’intérieur de moi, qu’il ressentait les choses, qu’il communiquait, qu’il recherchait le contact.

Plus tard dans ma grossesse, lorsque le schtroumpf était mal mis, et qu’il gênait mes côtes par exemple, je pouvais l’inviter à descendre légèrement, ou à se décaler. Dans des moments de stress ou de doutes, qui arrivent souvent en fin de grossesse, je pouvais placer mes mains et le rassurer. Il venait alors tout doucement se glisser sous mes doigts comme pour me dire « j’ai compris, tout va bien ». Et lorsque certaines nuits il faisait la nouba dans mon ventre, je parvenais souvent à le calmer par quelques pressions de mes mains.

Le fait que l’on dise que l’haptonomie est la préparation affective à la naissance est selon moi plus que vrai. Au fil des mois, nous avons appris à accueillir le schtroumpf. Peut-être que des parents ne pratiquant pas l’haptonomie peuvent accueillir leur bébé tout aussi bien ! Je ne dis pas le contraire. Mais cette méthode donne une dimension toute particulière au lien qui se créée entre le bébé et ses parents. Car déjà avant de voir la petite bouille du schtroumpf, la communication est établie. Le bébé sait qu’on l’attend. Il développe petit à petit ses capacités à entrer en contact avec le monde extérieur. Se sentir écouté et reconnu à ce stade lui permet déjà de développer son sentiment de confiance et de sécurité.

Côté papa, au début, H. n’était pas spécialement réceptif à la méthode. Il ne comprenait pas vraiment l’intérêt, surtout que le schtroumpf avait tendance à s’arrêter de bouger dès que quelqu’un d’autre que moi posait les mains sur mon ventre ! Mais plus tard dans la grossesse, H. aussi a pu partager des moments magiques comme cela, à déplacer les mains sur mon ventre, à faire des petites pressions ci et là pour appeler bébé. Et les moments où il lui répondait étaient des moments comme suspendus dans le temps.

Au fil des séances, nous avons également appris des positions pour me soulager lors de l’accouchement. Et une séance a été consacrée à la gestion de la douleur. Tout ce parcours m’a donné la force de croire en ma capacité à donner la vie. Laurence m’a soutenue dans les moments de doute, m’a encouragée à croire en moi et en nous, m’a donné les clés pour accueillir cette naissance.

Et puis il est arrivé… Notre schtroumpf est un bébé très serein, confiant, souriant. Et je suis intimement convaincue que le fait que nous ayons pu l’accompagner durant toute la grossesse et même lors de l’accouchement, lui dire qu’il était attendu, tout cela y a participé.

Alors si vous aussi, vous souhaitez vivre cette expérience extraordinaire et hors du temps, je vous conseille d’essayer la préparation affective à la naissance avec Laurence. Des moments magiques en perspective, pour vous en tant que parents, mais aussi pour votre schtroumpf, qui va vous découvrir autrement !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s