Allaiter : à bas les idées reçues!

Cela fait maintenant 5 mois et demi que j’allaite exclusivement mon petit schtroumpf. Et en 5 mois et demi, je peux vous assurer que j’en ai entendu des choses sur l’allaitement. De la plus absurde au simple manque de connaissance et d’information, je fais ici un petit topo de ce que j’ai pu entendre jusqu’à présent.faineants-trop-payes-irrecuperables-6-idees-recues-sur-les-chomeurs-1200907

 « Tu as des petits seins, tu n’auras jamais assez de lait ! »

Hé bien figurez-vous que j’en ai même trop ! Je fais des dons de lait au lactarium pour les bébés en néonatalogie. Donc non, la taille des seins n’est pas du tout représentative de la production de lait. Ce qui importe dans la lactation c’est la taille de la glande mammaire et non du sein en lui-même. Et plus vous mettez bébé au sein, plus vous produirez : c’est le principe de l’offre et de la demande et ça n’a rien avoir avec la taille du sein.

 « L’allaitement abîme les seins »

En voilà une « belle » idée reçue qui est tenace ! Sachez que non, l’allaitement n’abîme pas les seins. Ce qui abîme les seins en revanche ce sont les grosses variations de volume : durant la grossesse, lors de la première montée de lait, lors d’un sevrage brutal. Des études ont d’ailleurs démontré que le volume des seins revenait à la taille d’avant grossesse après le sevrage. Les facteurs pouvant favoriser des « seins qui tombent » sont : une perte de poids trop rapide, fumer, un soutien-gorge mal adapté durant la grossesse, un nombre important de grossesses, un âge plus avancé, un indice de masse corporelle trop élevé.

 « Tu dois manger 2x plus comme tu allaites »

Non… je dois manger 2x mieux ! Comme pendant la grossesse. Je dois manger varié pour titiller les papilles gustatives de bébé ! Comme pendant la grossesse. Ce n’est pas parce que je vais manger plus ou boire plus que je vais produire plus de lait. En allaitant, il faut manger et boire à sa faim et à sa soif, c’est simple ! Allaiter nous fait consommer entre 300 et 500 calories en plus quotidiennement. Donc il est normal d’avoir plus d’appétit lorsqu’on allaite. On mange selon sa faim, mais on ne se met pas la pression en se forçant à manger 2 rations à chaque repas !

 « Il fait chaud, ton bébé doit boire de l’eau »

Encore une fois, non ! Avant la diversification alimentaire, il n’est pas nécessaire de donner de l’eau à un bébé allaité, à condition que l’allaitement soit bien entendu à la demande. En effet, le lait maternel est riche en eau et suffit amplement à assurer les besoins hydriques du bébé les premiers mois. Même en période de canicule. Le « danger » de donner de l’eau au bébé allaité est de remplir son estomac inutilement (aucun nutriment) et donc de faire sauter des tétées.

Chez le schtroumpf qui aura commencé la diversification alimentaire, il est intéressant de lui proposer de l’eau au verre à chaque repas. Mais pas de panique si vous êtes en vadrouille et que vous n’avez pas d’eau sous la main, le bon lait de maman fera toujours bien l’affaire !

 « Il faut espacer les tétées »

Faux, faux, et re-faux ! Ne jamais espacer les tétées ! Le secret d’un allaitement réussi est un allaitement à la demande. Votre schtroumpf finira par espacer de lui-même en grandissant. Il n’y a pas de normes quant aux intervalles ou nombres de tétées en 24h. C’est bébé qui donne le rythme.

 « Allaiter ça fatigue »

Petite précision : être jeune maman ça fatigue ! Peu importe qu’on allaite ou qu’on donne le biberon ! C’est un nouveau rythme, des nuits entre-coupées, répondre aux besoins d’un petit être H24. Oui tout ça est fatiguant. Mais allaiter ? Non… Des études ont d’ailleurs démontré que sur 2 groupes de mamans, un groupe de mamans allaitantes et un groupe de mamans « biberonnantes », les 2 éprouvaient le même niveau de fatigue.

Lors des réveils nocturnes de mon schtroumpf je me fais souvent la réflexion que c’est tellement simple : je le prends, je « dégaine » le sein, il tète, en fin de tétée grâce aux hormones libérées je m’endors presque, le temps de faire son rot et hop dodo pour tout le monde, le tout sans un pleur ou un énervement. Je n’ose pas imaginer si je devais faire patienter mon schtroumpf, allumer les lumières, faire chauffer de l’eau, faire un biberon, nettoyer tout… non, personnellement, je trouve l’allaitement plus facile et plus pratique… Mais ce n’est que mon avis, évidemment !

 « Allaiter ça fait mal »

Faux ! Et heureusement d’ailleurs ! Vous imaginez vraiment que des millions de mamans allaiteraient leurs enfants 3, 6, 12 mois et plus, en souffrant en silence ??

Les premiers jours, les sensations provoquées par la succion du schtroumpf peuvent être un peu bizarres, voire légèrement douloureuses. Mais si la mise au sein a été bien vérifiée, aucune douleur ne doit se faire ressentir. La première montée de lait peut être très douloureuse. Mais elle ne dure que peu de temps, et tout rentre vite dans l’ordre !

Douleur = problème. Problème de position, de prise du sein, du muguet, un engorgement, une ampoule de lait, une crevasse… Bref, en cas de douleur, faites toujours appel à votre consultante en lactation IBCLC.

 « Allaiter à la demande le rend capricieux »

Donc nourrir mon schtroumpf lorsqu’il a faim ou soif va en faire un enfant capricieux ? Vraiment ? Donc vous, lorsque vous avez faim ou soif, vous ne mangez ni ne buvez pas ? Si ? Et vous êtes capricieux ?

 « Allaiter c’est égoïste »

Pour le papa, pour la grand-mère qui veut nourrir aussi, etc. Heureusement, un bébé n’est pas qu’un tube digestif et peut créer des liens très tôt avec son entourage en dehors de ses repas ! Tout le monde trouve sa place dans la vie de mon schtroumpf, malgré l’allaitement : H. qui s’en occupe énormément, la grand-mère, le grand-père, je vous assure : tout le monde passe des moments privilégiés avec lui, parce que tout le monde cherche à entrer en contact avec lui, à jouer, à obtenir un regard, un sourire !

 « Si tu allaites, finie l’indépendance ! »

Donc allaiter me rend dépendante de mon bébé et vice-versa. Or je me souviens, lorsque le schtroumpf avait 1 mois, je l’ai laissé avec H. quelques heures pour aller m’aérer et voir mes chevaux. A 2 mois et demi, nous le laissions à sa tata une soirée pour nous faire une sortie entre amis. J’ai repris le travail. Il est prévu qu’il passe un weekend chez son grand-père pour que maman et papa se retrouvent en amoureux bientôt. Non, vraiment, je ne vois pas en quoi allaiter m’a pris mon indépendance ! C’est certain, je ne peux pas déléguer comme je le souhaite le fait de le nourrir. Mais cela n’est pas contraignant pour moi. Au contraire, j’adore ces petits moments rien qu’à lui et moi.

De son côté, bébé est loin d’être dépendant de moi : il sourit à tout le monde, passe de belles journées à la crèche, s’éclate avec son papa…

 « Tu es sûre que tu as assez de lait ? »

Oui oui, merci ! J’en suis sûre ! Comment ? Parce qu’il existe un super « baromètre » pour évaluer si bébé reçoit suffisamment de lait : ses couches (on oublie les courbes de poids qui ont tendance à faire stresser toutes les mamans) ! En effet, si bébé mouille bien 3 couches par jours les 6 premiers jours, puis 6 couches par jour ensuite, c’est qu’il a assez. On ne peut pas faire plus simple. Ce n’est pas la peine de tirer votre lait pour vérifier si vous en avez assez : la quantité obtenue au tire-lait n’est pas du tout représentative de la quantité réelle que vous produisez. En effet, le tire-lait ne stimule pas aussi bien que la succion de bébé. A retenir, car nombre de mamans ont arrêté d’allaiter en pensant ne pas avoir assez de lait pour cette raison !

Autre chose pour être sûre que l’on a assez de lait : toujours le principe de l’offre et de la demande ! Bébé réclame, on propose le sein, on nourrit sans chronomètre, sans timing, sans intervalle. On suit le rythme de bébé.

 « Ton lait n’est pas assez nourrissant »

Dans mon cas, j’ai entendu cette remarque parce que je suis toute mince, j’ai perdu beaucoup de poids après mon accouchement. Or, sachez que la qualité nutritionnelle du lait ne change pas (à part très grosses carences chez la maman, mais je parle d’une maman en bonne santé). Les études ont prouvé que de 0 à 6 mois, le lait maternel suffit à couvrir l’ensemble des besoins nutritionnels du bébé. De 6 mois à 1 an, il couvre encore la moitié de ses besoins, et de 12 à 24 mois, le tiers !

 « Si il pleure c’est qu’il n’a pas assez »

Ca rejoint les deux points précédents. Et ça a tendance à ne voir bébé que sous l’angle du tube digestif. Un bébé peut pleurer ou s’énerver en cours de tétée, juste après une tétée, ou à tout autre moment. Et pas spécialement parce qu’il aura faim ! Le pleur est le moyen d’expression du nourrisson, il peut dire plein de choses : je suis dans une position inconfortable, j’ai besoin d’un câlin, j’ai mal quelque part. Et il peut aussi permettre à bébé de décharger ses émotions.

 « Si tu allaites il ne fera jamais ses nuits »

Pour contredire tout le monde, mon schtroumpf a fait sa première nuit (23h-5h30) à 8 semaines ! Et en dehors de maladie, douleurs suite à ses reflux, ou autres petits désagréments, il nous fait maintenant de magnifiques nuits 21-6h30 ! Donc non, allaitement n’égal pas nuits blanches pour la maman. Autour de moi, je remarque que des bébés allaités font leurs nuits et d’autres pas. Et que des bébés nourris au biberon font leurs nuits et d’autres pas. Donc cela n’est pas lié. Les réveils nocturnes peuvent être, en plus de la faim, un besoin d’être rassuré, un besoin de succion, etc.

 « De toute façon, quand tu reprendras le travail tu ne pourras plus allaiter ! »

Et pourquoi donc ? Avec une bonne organisation et le maintien d’un allaitement à la demande en présence de bébé, il n’y a aucune raison pour que la reprise du travail signe l’arrêt de l’allaitement. Cela fait presque 3 mois que j’ai repris le travail, et je peux vous assurer que j’ai suffisamment de lait, je continue même à renflouer mon stock de lait congelé très régulièrement.

 « Ça fait 5 mois que tu allaites, c’est bien assez ! »

Et cette petite phrase qui m’a choquée lorsque j’ai dit un jour que j’envisageais le sevrage naturel (vers 2 ans) : « mais c’est de l’inceste » !

Pour répondre à la première phrase, je dirais simplement que les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé sont un allaitement exclusif jusqu’aux 6 mois révolus de l’enfant avec un maintien de l’allaitement jusqu’au 1 an minimum, le lait devant rester l’aliment principal jusqu’à cet âge.

Pour répondre à la deuxième phrase, je dirais que la société actuelle a tendance à n’attribuer au sein qu’un rôle érotique, et que le fait de nourrir son enfant est à mille lieues d’un acte sexuel. Bien que tenant une place importante dans la sexualité, le sein a en effet pour rôle premier le fait de nourrir et d’assurer la survie de la descendance. Alors dire que c’est incestueux de voir une maman qui allaite son bambin de 2 ans, par pitié… revoyez votre façon de penser et de voir les choses !

 « Allaiter en public ça ne se fait pas, c’est de l’ordre du privé »

Ou encore « Tu ne vas quand même pas montrer tes seins à tout le monde » ou « Il y a des hommes tu n’irais pas te cacher pour allaiter ? »

Allaiter est un des actes les plus naturels qui soient ! Le sein n’est pas que sexuel ! On est bombardé de tétons et autres nichons et paires de fesses dans la rue, les magazines, les abris-bus, à la télévision, etc, mais apercevoir un bout de sein d’une maman qui allaite, c’est choquant ? Il faut m’expliquer parce qu’il y a quelque chose que je ne saisis pas…

En plus, personnellement, je m’arrange toujours pour porter des vêtements d’allaitement lorsque je sors ou reçois des gens à la maison. Ça permet d’allaiter très discrètement. Alors oui, si bébé se retire du sein, vous apercevrez peut-être un petit bout de peau. Mais ce n’est pas comme si je levais mon t-shirt pour exhiber joyeusement mes tétons… Bref !

 Voilà un petit florilèges des remarques que j’ai entendues ces derniers mois. A cela on pourrait ajouter les fameuses généralités du type « l’allaitement est impossible après une césarienne » ou autre « mon enfant est prématuré, je ne peux pas allaiter » par exemple! Il y en a tellement… Quoi qu’il en soit, en matière d’allaitement, je vous conseille de vous faire confiance, de ne pas trop écouter ce que vous dira l’entourage qui est souvent mal informé à ce sujet, et de ne pas hésiter à vous tourner vers une consultante en lactation en cas de doute!

 

 

3 commentaires sur “Allaiter : à bas les idées reçues!

  1. Merci pour tes articles super intéressants :-)! Je suis enceinte de 7 mois et demi (premier bébé) et je me pose de plus en plus de questions concernant l’allaitement. En voici deux petites:
    – Tu dis que tu allaites et puis que tu te rendors presque directement pendant la nuit. Le bébé n’a pas besoin d’être changé à ce moment-là?
    – Tu dis que tu as laissé ton petit schtroumpf à 1 mois avec son papa pendant quelques heures et à 2 mois et demi pour une soirée: il a accepté de prendre le biberon directement du coup? J’ai quelques amies qui n’arrivent justement pas à avoir des petits moments pour elles car leur petit ne veut pas du biberon.
    Un tout grand merci pour tes réponses et belles fêtes de fin d’année!

    J'aime

    1. Hello! Merci pour ton commentaire 😊 je vais essayer de répondre à tes questions de manière complète!
      Concernant le change, au début je changeais mon schtroumpf après chaque tétée, comme à la maternité. Et puis j’ai réalisé qu’il n’était pas nécessaire de le faire à chaque change de la nuit. Généralement je le changeais avant de le mettre au lit, puis en milieu de nuit et au réveil. Le reste du temps tout le monde retournait au dodo en s’étant à peine éveillés! Quand il a commencé ses nuits il passait la nuit entière sans que je ne le change donc maintenant quand il y a tétée nocturne je ne le change plus du tout (sauf si il a été à selles!).
      Pour le fait de laisser mon schtroumpf, je vais rédiger un article là dessus pour essayer d’être vraiment complète. Mais quelques règles pour que tout se passe bien:
      – ne pas tirer ton lait et donner dans un autre contenant avant 6 semaines (quand j’ai laissé le schtroumpf à H. à 1 mois j’ai allaité avant de partir 2h puis suis revenue, et bébé a dormi)
      – ce n’est pas toi qui doit proposer l’autre contenant car bébé peut ne pas comprendre pourquoi il doit boire autrement qu’au sein. Le mieux est de laisser faire papa pendant que tu es ailleurs (certains bébés sentent que maman est dans la pièce et refusent de boire)
      – il y a un énorme risque de confusion sein/tétine ou de préférence de débit avec le biberon. J’en parlerai en détail cette semaine 😊
      Joyeuses fêtes de fin d’année à toi aussi!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s