La confusion sein / tétine

La confusion sein/tétine et la préférence de débit du biberon sont un risque à ne pas négliger et qui met fin plus souvent qu’on ne le croit à un allaitement. Je m’explique…

Donner une tétine / tutute à votre schtroumpf est « pratique ». Un bébé, dès la naissance, a en effet un fort besoin de succion. C’est un instinct de survie profondément ancré en lui. Certains auront ce besoin plus que d’autres. Souvent, les premiers temps, lorsque bébé pleure on est désemparée, et puis on remarque qu’il se calme au sein, ou même parfois en tétant le bout de notre doigt ! La tentation est alors forte de donner une tétine lorsque le schtroumpf pleure ! On se dit qu’on fait bien : bébé retrouve le calme et la sérénité, car son besoin de succion est comblé !

Toutefois, pour un bébé allaité, il s’agit d’un pari risqué que de se dire que l’on va donner la tétine ! En effet, le besoin de succion étant comblé en permanence par cette tétine, cela risque de faire sauter des tétées. Or on sait que, très certainement au début, mais tout au long de l’allaitement également, ce sont les tétées de bébé qui maintiennent la lactation ! De plus, le schtroumpf qui suce une tétine aura tendance à le faire en serrant les gencives. Une fois au sein, il se peut que bébé reproduise ce mode de succion, entrainant douleurs, crevasses, etc.

Alors soyons clairs, je ne suis pas non plus une extrémiste anti tétine, ayant moi-même donné une tétine lors des premières semaines de vie de mon schtroumpf. Je n’étais pas au courant de ce risque, et effectivement, il se calmait rapidement avec la tétine. Par chance, il ne la prenait que lors de grosses crises de larmes, rarement en dehors. Donc il n’y a pas vraiment eu d’impact sur le nombre des tétées. Lorsque j’ai appris ce risque toutefois, j’ai purement et simplement supprimé la tétine ! Les premiers temps il a réclamé un peu plus le sein pour combler le besoin de succion.

Comment tète un schtroumpf ?

Parlons maintenant de la préférence pour la tétine du biberon… Qui elle, est beaucoup plus fréquente et relayée par de plus en plus d’études sur le sujet. Pour comprendre ce problème, il est intéressant de connaitre la manière de téter des bébés. La bouche est grande ouverte, les mâchoires et la langue travaillent ensemble lorsque le bébé tète le sein. La langue doit former une gouttière sous le sein, ce qui va aplatir et allonger l’aréole et le mamelon, puis permettre l’écoulement du lait dans la gorge. La mâchoire inférieure provoque une pression sur les sinus lactifères. Les lèvres sont totalement retroussées sur le sein. C’est l’ensemble de tous ces mécanismes qui va permettre l’éjection du lait. Une fois éjecté, bébé avale et prend une inspiration puis recommence le cycle. C’est la succion permanente qui maintient le mamelon dans la bouche du bébé. On réalise donc que cela demande d’abord un vrai savoir-faire de la part du bébé ! Heureusement, leur instinct suffit souvent à ce que tout cela fonctionne facilement, parfois avec un petit coup de pouce de repositionnement. Par exemple avec mon schtroumpf les premiers temps je devais toujours tirer doucement son menton vers le bas pour qu’il ouvre bien la bouche et retrousse la lèvre. Au bout de quelques tétées, il avait compris le truc !

Au biberon, le bébé n’aura pas besoin d’ouvrir grand la bouche et le lait coulera facilement et tout seul. En tétant comme au sein, le lait arrivera trop vite dans sa bouche et le schtroumpf prendra alors l’habitude de placer la langue devant la tétine pour ralentir le débit. Pour reprendre sa respiration, il pourra lâcher la tétine, celle-ci restera en bouche sans devoir fournir d’effort.

Les 6 premières semaines

Dès la naissance, les premières succions auront pour effet de « programmer » la manière de téter du bébé et de calibrer toute la suite de l’allaitement. Le petit schtroumpf s’adaptera à la succion au sein, physiologique. Si dès les premiers jours ou les premières semaines, on introduit un biberon, le mode de succion est tellement différent qu’il peut fortement perturber le bébé. Il risque de ne plus comprendre comment téter au sein, serrer les gencives, mal positionner sa langue, etc. Le débit de lait étant également moins fort au sein qu’au biberon, il risque de s’énerver rapidement lors de la mise au sein, pour finir purement et simplement par refuser celui-ci et préférer le biberon.

Voici une phrase du Dr. Ruth Lawrence (Breastfeeding : a guide for the medical profession) :

Si l’allaitement marche bien, les compléments ne sont pas nécessaires ; s’il marche mal, les biberons peuvent aggraver le problème.

Plusieurs raisons peuvent pousser une maman ou des professionnels de santé à introduire des compléments : laisser la mère se reposer, faciliter l’alimentation du bébé qui éprouve des difficultés à téter, soulager les douleurs en cas de crevasses, rassurer celles qui ont peur de ne pas avoir assez de lait, etc.

Or pour rappel, les premiers temps, l’estomac du bébé est de la taille d’une grosse bille ! Les bébés qui sont nourris dès le départ avec des quantités plus élevées reçues au biberon pourront être frustrés de n’avoir que de petites quantités (physiologiques rappelons-le !) qui coulent plus difficilement et demandent plus d’effort ! Il n’y a donc généralement aucune raison pour complémenter un bébé : la nature est effectivement bien faites, sinon comment l’espèce humaine aurait-elle survécu ? Si toutefois un complément devait s’avérer nécessaire, on le donnerait en petites quantités et dans un autre contenant que le biberon pour éviter tout risque de confusion.Contenants pour donner le lait maternel

Si le bébé tète mal et qu’il y a des crevasses, il sera impératif de faire appel à une consultante en lactation IBCLC afin de vérifier la position au sein et d’éventuels freins restrictifs.

Ensuite, j’ai souvent entendu des mamans qui souhaitaient introduire les biberons avec leur propre lait, et ce afin que le papa puisse prendre la relève. J’ai déjà abordé en partie ce sujet dans un précédent article sur la place du papa dans l’allaitement. Mais imaginons que la maman soit vraiment épuisée et ait besoin d’une relève. Je pense personnellement qu’occasionnellement, le fait de donner son lait tiré à son schtroumpf pour pouvoir se reposer une nuit n’est pas un réel problème à condition de respecter l’un ou l’autre points :

  • Donner le lait dans un autre contenant que le biberon, d’autant plus les 6 premières semaines
  • Cela doit rester occasionnel : en effet, lorsque son lait sera donné à son schtroumpf par quelqu’un d’autre, sa lactation ne sera pas stimulée ! Il y a donc un fort risque de baisse de production lactée, de nouveau d’autant plus les 6 premières semaines, période de « calibration » de la production, durant laquelle il est fréquent que le schtroumpf tète 10 ou 12 fois par jour, voire même plus ! De nouveau la nature est bien faite : l’estomac de bébé ne peut accueillir que de petites quantités, il boira donc très souvent, or on sait qu’une mise au sein fréquente stimule la lactation, c’est le principe de l’offre et de la demande !

Et après ?

Une fois les 6 premières semaines passées, on dit que la lactation est parfaitement adaptée aux besoins, à condition évidemment que l’allaitement soit à la demande, qu’il y ait une belle évolution de la courbe de poids, que le schtroumpf mouille bien ses couches, etc. Les périodes de jours de pointe viendront ponctuer l’allaitement pour réadapter la production de lait aux nouveaux besoins de l’enfant au fur et à mesure qu’il grandit. Le risque de confusion sein / biberon diminue, mais il est néanmoins toujours bien présent tout au long de l’allaitement. La confusion peut survenir après un seul biberon comme après mille ! On ne sait pas exactement pourquoi certains bébés n’en feront jamais, d’autres oui. Dans le doute je vous conseillerais simplement d’éviter le biberon et de préférer un autre contenant pour donner votre lait en votre absence (par exemple lors de la reprise du travail) ou un complément.

Toutefois, il arrive que nous n’ayons pas le choix. Par exemple, à la crèche où est mon schtroumpf, ils refusent un autre contenant que le biberon. Je me suis alors tournée vers une tétine qui a fait ses preuves dans mon entourage pour limiter au maximum la confusion pour mon schtroumpf. Il s’agit de la tétine Calma de Medela (décidément j’aime bien cette marque !). medela-feeding-calma-demo

Cette tétine demande un réel effort au bébé pour téter. Etant donné que l’allaitement est bien mis en place avec mon schtroumpf, il a une excellente succion et lorsqu’il est au sein, tète vigoureusement et efficacement, ce qui provoque un réflexe d’éjection de mon lait assez rapidement et en quantité. Jusqu’à présent, le schtroumpf a donc plus facile à obtenir du lait à mon sein qu’au biberon, grâce à cette tétine. Beaucoup de tétines qui « ressemblent » au sein ne sont que pure produit marketing, mais j’ai envie de croire que celle-ci est un peu à part. Jusqu’à présent je n’ai en effet jamais entendu de retour de confusion avec celle-ci. De toute manière, préférez toujours un autre contenant, et n’utilisez cette tétine qu’en dernier recours, en étant toujours attentive à ce risque de confusion bien présent… Le mieux est alors de limiter un maximum le nombre de biberons pris et de mettre bébé au sein +++ lorsque vous êtes ensemble !

Quels sont les signes d’une confusion ?

  • Refus de prendre le sein
  • Pleurs et énervement lors de la téte
  • Bébé se retire du sein, le lèche, etc.
  • Il tétouille ou ne prend que le bout du mamelon (n’ouvre pas la bouche jusqu’à l’aréole)
  • Il fait une petite bouche, pince les lèvres et prend du bout des lèvres
  • La prise au sein est douloureuse
  • Sentiment de manquer de lait

Que faire en cas de confusion ?

Il faut réapprendre à bébé à prendre le sein. Comment ? Arrêtez immédiatement biberon et tétine, proposez le sein +++, armez-vous de patience et de persévérance. Il faudra plusieurs jours de galère, sans jamais reprendre le biberon ou la tétine, pour que ça commence à aller mieux. Si votre schtroumpf galère vraiment à reprendre le sein, il se peut qu’il faille introduire des compléments. Les premières fois, il sera peut-être préférable d’alimenter le bébé avant de lui proposer le sein, au risque qu’il ne fasse que hurler en commençant par le sein. Pour l’encourager à téter, on pourra déposer du lait au goutte à goutte (par exemple avec une pipette) au coin des lèvres de bébé lorsqu’il est positionné au sein. Ou encore exprimer manuellement ou tirer un peu au tire-lait pour enclencher la montée de lait et qu’une fois bébé mis au sein, il ne doive pas trop patienter pour recevoir son lait. L’utilisation d’un DAL peut aussi être salutaire.

Récupérer le coup après une confusion sein / tétine peut être un processus long et éprouvant tant pour la maman que pour son bébé. Mais si votre allaitement vous tient à cœur, essayez ! N’hésitez pas à vous faire accompagner par une consultante en lactation IBCLC qui pourra au besoin corriger la position de bébé et vous soutenir.

Malgré tout cela, il se peut que bébé ne réapprenne jamais à téter au sein. Il y aura donc un sevrage induit par la confusion sein / biberon. Si cela vous arrive, restez positive, dites-vous que vous avez essayé mais que bébé ne s’y retrouvait plus avec l’allaitement. Il se sent désormais mieux au biberon, et s’il se sent mieux, alors il n’y a pas de mal. Vous lui avez donné le meilleur de vous jusque là et ça, c’est déjà super !

2 commentaires sur “La confusion sein / tétine

    1. Bonjour! Merci pour ton commentaire 🙂 Effectivement, et je le mentionne bien dans l’article! Personnellement dans mes suivis de mamans allaitantes, je n’ai jamais eu de retour de confusion avec la calma, mais je préviens bien dans l’article (et auprès des mamans que je suis) que la confusion est TOUJOURS possible et qu’il faut surveiller les signes 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s