La diversification alimentaire

En voilà une sacrée étape, dans la vie de tout jeune parent et de tout petit schtroumpf ! Le début de la diversification… On se pose souvent une tonne de questions : quand commencer ? DME ou diversification classique ? Quel légume ? Et les allergies ? Que proposer à notre petit gourmet en devenir ? Voyons tout ça en détail…

L’OMS préconise de commencer la diversification aux 6 mois révolus de l’enfant. A cet âge, son système digestif est en effet fonctionnel pour accueillir et traiter de la nourriture autre que le lait : capacités digestives mieux adaptées, tout comme les capacités de mastication et de déglutition. Alors, non, ce n’est pas le jour de ses 6 mois que tout d’un coup, votre schtroumpf sera capable de digérer autre chose que le lait. Mais c’est en effet, selon toutes les dernières études, l’âge idéal. Aux alentours des 6 mois, lorsque bébé montre qu’il est prêt, vous pouvez lui proposer autre chose que le lait.

Mais quels sont les signes qui montrent que bébé est physiologiquement prêt à passer à autre chose ?

  • Il se tient assis bien droit et a un bon contrôle de sa tête
  • Il porte les objets à la bouche
  • Il montre un intérêt pour la nourriture
  • Il a perdu le réflexe de protrusion de la langue qui consiste à repousser la cuillère avec la langue
  • Il est capable de montrer sa faim et sa satiété avec des gestes (ouvre la bouche avec envie ou au contraire, détourne la tête).

Le dernier point est important. Il est en effet capital de respecter l’appétit de l’enfant. Certains seront de petits mangeurs, d’autres de gros mangeurs, et parfois ça variera au fil du temps. Rien ne sert de forcer un bébé à manger. C’est en effet le meilleur moyen de créer un blocage avec la nourriture.

Alors vous allez me dire : sur les petits pots dans les magasins, on voit souvent « dès 4 mois », moi j’ai commencé à manger à 4 mois et je n’en suis pas mort ou encore, mon pédiatre me l’a recommandé. Pourquoi ? Sans parler des lobbies de l’industrie agro-alimentaire qui poussent à la consommation, parfois (souvent ?) au détriment de la santé, par coup de matraquage publicitaire, même auprès des professionnels de santé (on parle de ces pédiatres qui conseillent à tour de bras un lait artificiel en particulier ?), il y a une raison historique à cette diversification précoce. En effet, avant, tous les bébés étaient allaités. Tous les bébés mangeaient du solide tard. Et tous ces bébés étaient en bonne santé, car nourris au lait maternel, aliment le plus complet et le mieux adapté aux besoins d’un bébé humain, ils ne manquaient de rien. Puis, dans les années 1930, la médicalisation de l’accouchement et avec elle le début de la nourriture artificielle pour les bébés a changé la donne. En effet, les bébés nourris avec le lait artificiel, moins riche en vitamines et autres nutriments, ont commencé à présenter divers problèmes tels que scorbut et rachitisme. Pour palier à cela, on a donc, dès 2 mois, commencé à proposer des jus d’orange, puis à diversifier rapidement. Dans les années 1970, avec la disparition de ces maladies (et l’amélioration de la qualité du lait artificiel), l’âge de la diversification a peu à peu reculé : 3 mois, 4 mois, et maintenant 6 ! On réalise en effet aujourd’hui l’importance de l’alimentation lactée pour le bébé.

Même le bébé nourri au lait artificiel ? Oui ! Pour l’enfant allaité, on sait aujourd’hui que le meilleur est le lait de sa mère exclusivement jusque 6 mois, et principalement jusqu’à 1 an. Mais si la maman n’a pas voulu allaiter ? C’est la même chose, pardi ! Même si le lait artificiel est moins « parfait » que le lait maternel, il reste bien plus nourrissant que les fruits et légumes, en termes d’apports caloriques et nutritionnels. D’ailleurs, lorsque vous voulez faire régime, la tendance veut que vous mangiez de la salade et des fruits, n’est-ce pas ? Donc en proposant ce régime tôt à nos petits schtroumpfs, on risque une faible prise de poids du bébé, et même une obésité durant l’enfance ou l’adolescence.

Voilà, tout ça, c’est la théorie. Et en pratique, ça se passe comment la diversification alimentaire ? Vous avez deux options : la diversification dite « classique », qui consiste en des plats mixés, et la DME ou « Diversification Menée par l’Enfant », qui consiste à proposer à l’enfant de la nourriture en morceaux de la taille de sa paume, et à le laisser découvrir seul. Personnellement, la deuxième option était mon premier choix. Mais ils refusent cela à la crèche car trop de risques selon eux. Nous sommes donc passés à la diversification classique dès le départ. Je parlerai donc dans cet article uniquement de la diversification classique 😊

Comment on commence ?

20181221_201927

Au départ, il est recommandé de toujours proposer la tétée à votre schtroumpf si celui-ci est allaité. Les purées ne venant après que pour permettre à l’enfant de découvrir les textures et saveurs. Donc, on commence par quelques cuillères ! Inutile de préparer de grosses portions les premiers temps ! Personnellement j’ai utilisé des bacs à glaçons et moules à muffins pour faire des portions allant de 25 à 60 grammes.

Une fois congelées, je les mettais dans des sacs de congélation zippés. C’est pratique car ça vous permet de sortir le strict nécessaire en quantité, mais aussi de varier les mélanges !20181222_122633.jpg

Comme pour les tétées, c’est bébé qui donne le rythme dans la diversification alimentaire : faites-lui confiance, il sait s’il a faim ou non, et si il aime ou non. Tant qu’il mange, continuez à proposer (oubliez la règle de 2 cuillères le premier jour, 3 cuillères le deuxième etc.) ! Si il ne mange pas, pas de panique, il a encore tout ce qu’il lui faut dans le lait ! L’important est que la diversification soit un moment détendu et sans pression, pour la personne qui le nourrit et pour votre schtroumpf !

Généralement, on commencera la diversification sur le repas du midi ! Ca laisse en effet une fenêtre de surveillance plus large pour les allergies. On commencera par introduire un aliment à la fois afin de repérer tout signe d’allergie.

Quelques règles générales

  • BEBE DOIT ETRE ASSIS BIEN DROIT POUR EVITER TOUTE FAUSSE ROUTE
  • 6 mois : introduction des purées de légumes
  • Attendez une quinzaine de jours avant d’introduire les féculents et pommes-de-terre ainsi que les fruits au goûter
  • Proposez toujours les fruits et légumes cuits en début de diversification car ils seront plus faciles à digérer
  • 7 mois : introduction des protéines
  • 8/9 mois : on peut entamer doucement les purées moins mixées, les morceaux, selon le rythme et l’envie de bébé. Faites-lui confiance!
  • Proportions : 1/3 féculent, 2/3 légumes + 10 à 15g de protéines la 1e année, 20g la 2e année, 30g la 3e année

Et l’allaitement ?

Dans l’étude multicentrique de l’OMS de 2006, les enfants avaient en moyenne : à 6 mois, 9 tétées et 2 repas ; à 9 mois, 7 tétées et 4 repas ; à 12 mois, 5 tétées et 4,5 repas.

Chez nous, à 8 mois, le schtroumpf avait 5 à 6 tétées sur 24h (en comptant celle de nuit) et 3 repas. Petit à petit, il s’est désintéressé de mon lait tiré, il préfère le boire à la source avec moi. Du coup, c’est « open ni-bar » matin, soir et nuit 😊 Ce qui compte, comme toujours, c’est de suivre bébé !

L’eau

Avant la diversification, l’eau n’est absolument pas nécessaire chez le bébé allaité ! Même en période de canicule, le lait maternel lui suffit amplement tant que c’est à la demande ! Par contre, lorsqu’on commence à diversifier, l’eau fait partie intégrante de cette étape ! A la maison, nous lui proposons son eau dans une tasse 360 qui permet d’éviter la confusion et qui le laisse libre de la retourner dans tous les sens sans s’en mettre partout !

La diversification chez nous

Personnellement, je ne veux pas que mon schtroumpf mange des petits pots industriels. Je cuisine donc tous ses repas. Et c’est un petit veinard qui mange plus varié que nous, H. me le dit souvent… Oops ! J’ai commencé comme expliqué plus haut, avec de très petites portions.

20190228_09200820190127_143809Et les compotes pour le goûter étaient mises au départ dans des poches de congélation pour lait maternel.

Mais avec les semaines et son appétit qui grandissait, j’ai augmenté les rations et j’utilise donc des pots de conservation de la marque Avent. Les plus grands ont une contenance de 250g environ. Pile la ration de purée de mon schtroumpf ! Les seules choses que je congèle encore en petites portions sont les protéines. Je fais toutes des portions de 10g (cuits) sur le même principe que pour les débuts avec les légumes.

 

Quelques idées recettes testées et approuvées par le schtroumpf à 8 mois

Salé :

  • Ratatouille aubergine/courgette/tomate/oignon + riz + porc + herbes de Provence
  • Aubergine/courgette/poivron + pomme-de-terre + cabillaud
  • Chou-fleur + pomme-de-terre + poulet + curry doux
  • Epinards + pomme-de-terre + cabillaud cuit au thym
  • Courgette/butternut + riz + poulet à l’estragon
  • Carotte/butternut + patate douce + porc + cumin
  • Champignons de Paris + riz + veau
  • Haricots verts + semoule fine + œuf
  • Fenouil + pomme-de-terre + saumon
  • Carotte/céléri rave + semoule fine + boeuf

Sucré :

  • Le traditionnel pomme/poire/banane
  • Pomme/poire/cannelle
  • Pomme/myrtille
  • Pomme/poire/fraise
  • Poire/banane/jus de mandarine
  • Banane/lait d’amande/poudre de chocolat bio sans sucres

A titre informatif, voici le petit rythme de mon schtroumpf depuis quelques jours :

  • 6h : tétée p’tit dej
  • 8h30 : porridge au lait d’amande + banane ou pomme/cannelle OU tartine de confiture
  • 10h : souvent une mini tétée avant de partir à la crèche
  • 12h30 : 250 à 300g de purée + eau
  • 16h : 200g de compote + eau
  • 18h30 : bouillie de céréales (épeautre bio sans sucres ajoutés) avec 120ml de lait tiré + un petit boudoir (sans lait et sans sucres ajoutés)
  • 19h30 : tétée retrouvailles
  • 20h30/21h : tétée dodo
  • Souvent une tétée de nuit

Lorsque vous cuisinez pour votre schtroumpf, n’hésitez pas à varier les saveurs et à utiliser des épices, mais bannissez le sel !

Et enfin, je me répète, mais la diversification au départ, c’est de la découverte ! Alors laissez votre schtroumpf trifouiller dans son assiette, sentir les textures, s’en mettre partout ! Ce qui fonctionne bien avec le mien c’est de lui donner une cuillère, il imite, en met partout, se marre, mais mange super bien !

Belle découverte ! Et bon appétit à vos petits schtroumpfs !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s