Mais ?!? Tu le laisses à terre ??

Oui ! Mon petit schtroumpf passe le plus clair de son temps couché sur le sol. Non ! Je n’ai jamais acheté de relax ou transat. Oui ! Il est directement sur le parquet car rester sur son tapis ne l’intéresse pas. Non ! Il n’a plus mis un orteil dans son parc depuis ses 5 mois. Et oui ! Nous avons un chien et 3 chats !

20190404_102538(0)

Pourquoi ? Parce que nous pratiquons la motricité libre !

J’avais rédigé il y a quelques temps un billet sur le bain libre. Petit moment du soir que j’adore et apprécie encore plus maintenant que mon schtroumpf grandit et fait d’autres découvertes dans l’eau. Et je pense qu’il était grandement temps que je me lance enfin dans la rédaction d’un article sur la motricité libre. Parce que je vois encore tellement de bébés coincés dans des transats, youplala et autres trotteurs, ou des parcs, et que connaissant ce que je connais, c’est quelque chose que je ne cautionne pas, ni ne conseille.

En effet, notamment grâce aux recherches menées par la pédiatre hongroise Emilie Pikler, la motricité libre est d’une importance capitale pour permettre à l’enfant de devenir compétent (et d’avoir confiance en ses compétences) et autonome. A l’adulte de l’accompagner correctement, le seul but de ses interventions étant en effet de « maintenir les conditions optimales à l’activité auto-induite de l’enfant ».

Alors comment pratiquer la motricité libre ?

  • Pas de relax ou de matériel qui entrave la motricité de bébé : on choisit un matelas assez ferme et bébé y est placé sur le dos
  • Pas de surstimulation : seuls quelques jouets sont placés autour de bébé afin de l’encourager à tourner la tête ou à attraper, se tourner, avancer, rouler, etc. Trop de jeux, c’est trop d’infos, et un bébé qui risque d’être perdu
  • Pas de mobile ou portique tant que bébé n’est pas capable de se déplacer (ou alors seulement pour de courtes périodes) : c’est un objet fatiguant, envahissant et permanent auquel bébé ne peut échapper. Les éléments bougent seuls, ne sont pas à portée de main ou de bouche, et n’encouragent pas bébé à tourner la tête à 180°. C’est donc in fine une activité très pauvre.
  • La tenue de bébé est confortable : elle lui permet de se mouvoir, d’attraper ses pieds, le tout sans entraver ses mouvements.
  • Pas d’intervention « intrusive » : on laisse bébé expérimenter (avec vigilance, attention aux règles de sécurité). Si il se trouve confronté à une difficulté, si il fatigue, l’adulte interviendra le moins possible mais de manière suffisante que pour permettre à l’enfant de retrouver son confort. Par exemple, bébé se retourne et est coincé avec le bras sous lui. On tentera d’induire le mouvement, de le commencer, mais on ne va pas retourner bébé de nous-mêmes.
  • On ne placera jamais bébé dans une position qu’il ne maitrise pas et dans laquelle il ne peut entrer ou sortir seul. Petit bémol personnel toutefois concernant ce point car je pense qu’un bébé doit être placé régulièrement sur le ventre (le temps qui lui est confortable), notamment pour éviter une plagiocéphalie
  • On encouragera verbalement, on félicitera.

Dès la naissance, on peut suivre ces règles. Au départ, nous avons laissé notre schtroumpf dans un parc. J’avoue que je ne connaissais pas vraiment la motricité libre, et avec nos animaux je me demandais comment ce serait possible de mettre cela en pratique. Puis vers 5 mois, on trouvait qu’il était un peu à l’étroit. J’ai longtemps voulu lui créer une superbe espace de motricité libre dans le salon, mais comme nous sommes toujours un peu en travaux, ce n’était pas évident. Nous avons donc simplement posé le surmatelas du parc au sol, ainsi qu’un tapis de jeux composé d’une arche. Concernant les animaux ce fut simple : les chats n’approchaient pas cette petite chose remuante, et le chien n’y allait que lorsqu’il quittait le tapis. Evidemment, nous ne laissons jamais le chien seul avec bébé, d’autant plus lorsqu’il est au sol.

IMG-20190228-WA0000

Une fois au sol, c’est fou la vitesse à laquelle il a commencé à évoluer. Il n’était pourtant pas coincé dans son parc. Mais être là par terre, dans le salon, à un endroit où il nous voyait en permanence, et avec tout cet espace, j’ai le sentiment que ça lui a donné à la fois confiance et envie d’explorer.

Et quel explorateur ! Notre petit schtroumpf ne rampe pas encore (même si à 10 mois il commence doucement à tenter), mais il roule. Et à quelle vitesse ! Et en sachant exactement où il va et comment orienter ses roulés boulés !  Il aime aller regarder son reflet dans la porte vitrée à un bout du salon, revenir sous la table de la salle à manger, checker la gamelle du chien (oui il a déjà eu plusieurs croquettes en bouche, non il n’en est pas mort… !) ou défaire les piles de magazines qui se trouvent sous le meuble TV. Dernièrement il a commencé à vouloir explorer la cuisine et à vidé notre poubelle de bouteilles en plastique !

img-20190504-wa0001.jpg

Alors c’est certain : le lieu où il évolue doit être sécurisé au max ! Et encore, je vous assure, vous croirez avoir pensé à tout et il trouvera LA faille… Mais ça c’est une autre histoire !

Et puis si vous aussi vous avez des animaux, il est fort probable que même si vous balayez tous les jours et passez l’aspirateur TRES souvent comme chez nous, votre petit schtroumpf finisse avec des poils sur ses vêtements, dans ses petites mains, ou même dans la bouche. Mais bon, il parait que ça fait l’immunité et que ça diminue les risques d’allergie. Si si, regardez ce documentaire et vous comprendrez.

Honnêtement, le voir évoluer librement, découvrir les choses de lui-même (c’est fou comme le pied d’une chaise peut être intéressant !), le voir expérimenter, échouer, recommencer, râler, l’aider un petit peu, puis le voir réussir et recommencer encore et encore. Ce n’est que du bonheur. Un de mes meilleurs souvenirs de ses débuts en motricité libre fut lorsqu’il a enfin appris à se retourner du ventre au dos. J’étais couchée par terre avec lui, nous étions tous les deux sur le ventre. Puis j’ai posé ma tête sur mon bras et il m’a imitée. Je me suis alors tournée sur le ventre et Ô miracle, il a fait de même. Et comme il en était fier !

Mais la motricité libre c’est aussi dans toutes nos actions avec lui :

  • Ne pas l’asseoir s’il ne maitrise pas cette position (je vous invite d’ailleurs à lire cet article d’une kinésithérapeute qui est excellent à ce sujet)
  • Ne pas le hisser en haut du toboggan avant qu’il ne sache y monter
  • Ne pas le faire marcher en lui tenant les mains
  • Encourager une coopération lors des soins (lui dire de pousser sur ses jambes, de lever son bras, etc.)

Enfin, je terminerai sur le fait que si vous êtes à la recherche d’une crèche, il peut être intéressant de demander s’ils pratiquent et encouragent la motricité libre et comment. En effet, notre schtroumpf s’est retrouvé tout un temps à passer des journées compliquées à la crèche. Il passait apparemment son temps à râler, pleurer, etc. Cela nous étonnait beaucoup car en motricité libre à la maison, il passe parfois des heures à jouer sans qu’on ne l’entende (on interagit avec lui par moment mais il est vraiment très autonome et s’éclate seul).  Après discussion avec les puéricultrices, nous avons appris qu’il passait le plus clair de son temps dans un relax ou dans un petit parc. Nous avons donc expliqué le principe que nous utilisions à la maison. Elles ont donc accepté de le laisser évoluer dans la pièce principale, au sol, avec les plus grands. Et là ce fut un autre petit schtroumpf qui avait retrouvé son sourire légendaire, même à la crèche.

Et vous? Pratiquez-vous la motricité libre? Vous avez créé un espace à la Montessori ou vous y êtes allé un peu free-style comme nous?

6 commentaires sur “Mais ?!? Tu le laisses à terre ??

  1. je commence petit à petit avec ma fille. elle approche de ses 5 mois et je la met de plus en plus sur son tapis, je laisse je pense encore trop de jouet mais elle arrive une fois sur deux a se retourner sur le ventre. j’ai bon espoir qu’elle progresse vite enfin a son rythme. 😉

    J'aime

      1. L’idéal est en effet de ne pas mettre trop de jeux pour ne pas surcharger l’attention de bébé 🙂 Et en laissant par exemple 4 jeux autour d’elle, ça te permet de varier les plaisirs en proposant des nouveaux jeux ou des jeux qu’elle n’aura plus vu depuis quelques temps!
        Chaque enfant va à son rythme donc pas d’inquiétude si elle ne se tourne pas encore de manière « optimale ». Mon schtroumpf a commencé à vraiment gérer les roulés-boulés passé 6 mois!

        J'aime

  2. J’ai également pratiqué la motricité libre avec bébé, même si toute petite elle avait un transat pour s’endormir et être plus cocooning que sur son tapis. J’ai aussi un parc où je la mets quelques minutes quand j’ai quelque chose à faire et qu’elle ne me laisse pas une seconde de répit. Sinon elle a passé le plus clair de son temps sur son tapis ou à même le carrelage quand elle a commençait à savoir rouler! Ensuite elle a rampé, puis marché à 4 pattes et là à 13 mois elle ne marche pas encore seule, mais elle y travaille 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s