Perte de poids inexpliquée, la faute à l’allaitement ?

Aujourd’hui, j’ai envie de vous partager mon expérience sur la perte de poids que j’ai subie post accouchement. J’avais publié un article à ce sujet il y a quelques temps. Mais étant donné qu’aujourd’hui, je suis sortie du « problème », je peux vous donner toute ma vision de la chose. Et je pense que ce partage est nécessaire, au vu du très peu d’infos que l’on trouve en ce sens sur le net (en général en post accouchement on trouve plutôt des articles pour perdre du poids et non l’inverse !), et surtout, au vu des dangers que cette problématique (et la prise en charge qui en est faite) peut avoir sur l’allaitement ! Je m’explique…

Pour rappel, si vous n’avez pas lu le premier article, j’ai pris 13 kg durant ma grossesse en montant à 67kg. Six semaines post accouchement, j’avais perdu l’intégralité de ces 13 kg et avait retrouvé mon poids de forme de 54kg. Bonheur ! De courte durée… En effet, les mois qui ont suivi, j’ai continué à perdre du poids, jusqu’à me retrouver en avril, soit 9 mois post accouchement, avec un poids de 43kg pour 1m69… Soit 24kg de perdus ! Inutile de dire que cette perte de poids était tout à fait indépendante de ma volonté, je mangeais beaucoup, j’ai adapté mon régime alimentaire pour augmenter mes apports caloriques, rien n’y faisait, je perdais.

Inutile de préciser également que se retrouver presque squelettique, ça m’a mis un coup sur le moral et ma confiance en moi. Même si j’essayais de rester bienveillante envers moi-même, voir ce corps sans formes avec la peau sur les os, ce n’était pas facile !

Le pire ? Les remarques de l’entourage…

« Tu vas perdre un os »

« Qu’est-ce que tu deviens moche »

« Tu as la peau sur les os il faut manger hein »

« Sur ta photo de profil, ton schtroumpf est magnifique, mais toi par contre… »

« Ton pantalon ne te va plus hein » (au cas où je n’aurais pas remarqué que je flottais dedans…)

« Tu pourrais passer entre une affiche et le mur »

On m’a même demandé si par hasard je n’étais pas devenue anorexique. Et quand j’ai répondu que non, la réponse a été : « ben on dirait ! ».

Et puis, vu que mon appétit était décuplé depuis le début de mon allaitement, malgré toutes ces remarques sur ma maigreur, j’avais aussi droit à des réflexions à l’opposé, du type :

« Mais tu te goinfres ! »

« Tu ne vas pas te resservir quand même ?!? »

« Tu vas réellement manger tout ca ?!? »

Et évidemment, celles qui sortaient en complément de toutes ces réflexions, les fameuses réflexions sur l’allaitement, ben oui, parce que si on allaite, tous les problèmes viennent de là !

 « C’est parce que tu allaites, il faut arrêter ! »

« 4 mois/6 mois/9 mois c’est bien assez, tu as donné à ton bébé maintenant faut penser à toi »

« Vu comment tu es maigre, ça m’étonnerait que ton lait soit nourrissant »

« C’est bien de vouloir donner le meilleur à son enfant mais de là à se foutre en l’air la santé »

Ces remarques blessantes n’ont pas aidé à ce que je me sente mieux. Durant tous ces mois, j’ai douté chaque jour en me regardant dans le miroir. Douté de mon apparence physique, mais aussi douté sur mon allaitement ! On attend généralement à ce que l’entourage soit un minimum bienveillant, surtout en période post partum et lorsqu’on vit une situation qui n’est pas spécialement plaisante. Je peux vous dire qu’il m’a fallu une force incroyable pour tenir bon, et qu’en repensant à tout ça j’en ai encore les larmes aux yeux. Mais au fond de moi, j’étais convaincue que la situation n’était que passagère, j’étais convaincue que quoi qu’il arrive c’était le mieux pour mon bébé, et j’étais convaincue que un jour ou l’autre, je retrouverais mon poids de forme (et commençais à accepter mieux ce corps).

Je peux comprendre que ces personnes « bien-pensantes » de mon entourage étaient inquiètes pour moi et ma santé. Mais je faisais un bilan sanguin chaque mois. Résultat : zéro carence, zéro inflammation, thyroïde en ordre. Ces résultats me confortaient dans l’idée que ce n’était que passager et que ça finirait par aller mieux.

A un moment, pleine de tous ces doutes, j’ai décidé de consulter. Au total, 3 médecins généralistes, 1 diététicienne (soi-disant spécialisée femme allaitante), 2 endocrinologues… Et vous voulez connaitre la meilleure ? TOUS m’ont dit : « mais Madame, c’est normal, il faut arrêter d’allaiter ! ». J’étais de nouveau bien avancée… La diététicienne, apparemment formée pour accompagner les femmes enceintes et allaitantes, m’a dit qu’à partir de 6 mois, c’était 2 tétées par jour point barre, que je donnais trop le sein, et que donc, non seulement de mettre ma propre santé en danger, je mettais celle de mon fils à mal car je surchargeais son système digestif avec mon lait ! Bonjour la culpabilisation ! Heureusement que MOI je suis réellement formée, que je sais que c’est impossible de surcharger le système digestif d’un bébé avec du lait maternel, et que l’allaitement se fait à la demande du premier au dernier jour, même si le dernier jour a lieu à 5 ans ! Je n’ose pas imaginer le nombre d’allaitements foirés à cause à ces professionnels de santé…

Et puis, grâce au soutien d’autres mamans allaitantes, j’ai vu des témoignages de mamans dans mon cas sur des forums. Aucune explication. Certaines allaitaient, d’autres pas. La perte de poids arrivait puis tout rentrait dans l’ordre, bien souvent après 10 mois… Comme ça, pouf ! Sur une discussion, une maman a parlé d’un homéopathe. J’ai donc décidé de contacter une homéopathe. Finalement, tout s’est dit par téléphone, je ne suis même pas allée en consultation.

Voici ce qu’elle m’a expliqué :

La grossesse, puis l’accouchement, sont un réel bouleversement hormonal pour le corps de la femme. Chez certaines femmes, de manière inexpliquée, on observe une perte de poids importante, malgré une alimentation adaptée. Perte de poids qui (comme dans les témoignages de mamans sur les forums) se retrouve aussi bien chez des mamans qui allaitent que chez des mamans qui n’allaitent pas. NON ! L’allaitement n’est pas en cause ! NON ! La maman ne peut rien y faire ! NON ! Son lait n’en est pas moins de qualité ! Certaines études tendraient à démontrer que cela pourrait venir des glandes surrénales. Mais rien n’est encore réellement démontré. Et bien souvent, vers 10 mois, le corps de la mère se réinitialise de lui-même, sans faire quoi que ce soit. On ne sait pas trop pourquoi.

Et vous voulez savoir ? Depuis les 10 mois de mon schtroumpf, je reprends du poids. Je n’ai absolument rien changé dans mes habitudes alimentaires, et mon schtroumpf tète même un peu plus que quand il avait 8 mois avec les dents qui travaillent. Aujourd’hui il a 11 mois, je reprends doucement mais sûrement du poids. Je recommence à remplir des pantalons taille 34, et avec la reprise du sport pour me remuscler, j’espère revenir à un bon 36/38 !

Si vous aussi, vous traversez une période de doute suite à une perte de poids importante, non contrôlée ni désirée, que vos examens médicaux et sanguins ne laissent rien apparaitre comme souci, il se peut que ce soit là la seule et unique explication. Surtout, en aucun cas, ne remettez votre allaitement en question si vous ne voulez pas arrêter ! L’allaitement a toujours bon dos pour tous les maux parce que c’est très mal connu. Que ce soit par votre entourage ou par la plupart des professionnels de santé que vous rencontrez !

N’hésitez pas à vous tourner vers une conseillère en allaitement qui pourra probablement vous encourager et vous soutenir pendant ces moments où vous en aurez probablement besoin.

4 commentaires sur “Perte de poids inexpliquée, la faute à l’allaitement ?

  1. Merci pour cet article. Je ne suis pas concernée mais c’est vrai que j’ai réussi à perdre du poids en faisant un peu régime et en allaitant alors que je pense que cela ne serait pas arrivé avant d’avoir mon bébé. Et je connais des mamans dans le cas donc ca peut aider.
    Je n’en reviens pas des remarques de votre entourage 😦 quand c’est dans le sens inverse personne ne se permet de dire qu’on a des kilos en trop alors pk ici?
    Même s’ils s’inquiètent il y a un minimum de bienveillance. J’espère que la prise de poids sera bonne (profitez pour les autres haha)

    J'aime

    1. Merci pour votre réponse 🙂
      Oui de base l’allaitement fait toujours consommer environ 500 calories en plus quotidiennement (c’est d’ailleurs pour cette raison que nous stockons de la graisse durant la grossesse!). C’est quand il s’agit d’une perte de poids pathologique que ça peut devenir inquiétant…
      Comme vous dites, j’ai cruellement manqué de bienveillance autour de moi à ce sujet! Ca n’a pas été évident, mais maintenant on voit le bout du tunnel.
      Promis je penserai à vous en me réjouissant de voir les kg grimper haha! (ça serait tellement plus simple de pouvoir s’échanger les kg!)

      J'aime

  2. Merci pour cet article !
    J’ai aussi entendu beaucoup d’inepties autour de l’allaitement, comme vous parfois de la part de professionnels, et je suis tombée par hasard aujourd’hui sur votre blog et vos mots sont justes et touchants et peuvent vraiment aider les mamans dans la même situation !

    J'aime

    1. Merci beaucoup! J’espère en effet que cet article pourra aider des mamans qui vivent la même chose car jusqu’à présent je n’ai vraiment rien trouvé à ce sujet sur le net. On a foule informations sur comment perdre du poids après l’accouchement, mais rien sur comment arrêter d’en perdre et le pourquoi… C’était mon but en écrivant ça de dire aux autres « vous n’êtes pas seule, ce n’est pas l’allaitement, tout va rentrer dans l’ordre »… 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s