Et voilà arrivée la fin de notre aventure lactée

Elle aura duré 19 mois… 19 mois marqués dans ma mémoire à jamais !DSC_5886

Tout a commencé ce 7 juillet 2018, un peu après 15h, lors de notre premier peau à peau et de la tétée d’accueil que j’ai proposée en me disant « on verra ce que ça donne ». Je ne m’étais que très peu renseignée sur l’allaitement, et j’ai la chance que les choses se soient faite facilement entre lui et moi !

Durant cette première tétée, j’ai pu l’observer. Il me regardait avec ses petits yeux qu’il peinait à garder ouverts après ce long voyage de 26h que fut sa naissance. Mais il me fixait, il ne me lâchait pas du regard. Ses petits doigts pétrissaient mon sein doucement. Il s’est endormi rapidement, lové dans mes bras, et le voir s’endormir si paisiblement contre moi fut le déclic.

Oui, je l’allaiterais ce petit schtroumpf !

Les premiers jours sont passés, et nous étions tous les deux à l’aise avec cet allaitement. Si on oublie le 2e jour à la maternité durant lequel j’ai eu des tonnes de conseils contradictoires sur la manière de faire, ce qui a fini par me stresser, stresser bébé, et nous faire passer un début de nuit assez horrible. Suite aux paroles rassurantes de H., j’ai suivi son conseil : me faire confiance ! Tout fonctionnait bien jusqu’à ce que j’écoute les conseils des sages-femmes et puéricultrices, alors il fallait que je m’écoute à nouveau moi, et juste moi…

Chose faite ! Et nous sommes partis pour notre grande aventure lactée !

Le pic de croissance des 3 semaines fut mon gros moment de doute en mes compétences et en ma capacité à nourrir mon fils. Mais après quelques prises de renseignements et grâce encore une fois au soutien de H., j’ai compris ce qu’il se passait, et on a traversé ça comme tous les pics qui ont suivi !

C’est ce pic de croissance qui a lancé la voie vers toutes mes formations en périnatalité, et notamment ma passion pour l’accompagnement de l’allaitement maternel. Car en prenant mes renseignements, j’ai découvert des groupes Facebook avec des milliers de mamans se posant des questions sur leur allaitement, étant très très mal accompagnées par le personnel médical, et souvent, étant au bout du rouleau.

Alors oui, j’allais devenir conseillère en allaitement, et tout faire pour aider d’autres mamans !

Vint ensuite la reprise du travail alors que mon schtroumpf n’avait que 11 semaines. Moment difficile plus pour mon cœur de maman que pour notre allaitement qui a continué comme sur des roulettes ! S’en est suivi la découverte de son RGO interne sévère, puis de son APLV. Et on est passé outre tout ça, en se faisant confiance, et en avançant aussi sereinement que possible, toujours soutenus et encouragés dans les moments de doute par H.

Après 6 mois d’allaitement exclusif, mon petit schtroumpf a découvert la nourriture solide ! Et il a adoré ! Il est depuis toujours une bonne fourchette comme on dit. Il aime à peu près tout, et est rapidement passé à la nourriture en morceaux.

On a continué notre petit bonhomme de chemin dans cette aventure lactée, avec une séparation de quelques jours quand il avait 7 mois, une baisse de lactation et stagnation de courbe à ses 9-10 mois, des vacances au Canada avec un schtroumpf transformé en serial téteur qui a relancé au max la lactation, la découverte de ses acrobaties lors des tétées, de ses demandes « lait » ou « néné » pour accéder au sein…

Evidemment, nous avons traversé un grand nombre de commentaires inutiles et déplaisants de l’entourage (proche et moins proche) sur cet allaitement « long et pas très normal/sain ». Mais on s’en fichait, tous les 3 nous étions heureux de cette aventure lactée qui faisait partie intégrante de notre vie de famille. Et on en a savouré chaque instant. Même H., après encore 18 mois d’allaitement, s’émerveillait régulièrement de voir à quel point le sein pouvait apaiser notre petit schtroumpf.

Et puis comme vous le savez, une petite schtroumpfette s’est installée il y a 4 mois. Le premier à l’avoir su, ce fut le schtroumpf ! Avant même mon test de grossesse, son comportement avait changé ! Tout d’un coup il était devenu hyper demandeur et réclamait à nouveau plus la nuit. Et puis lorsqu’il tétait, il me regardait en souriant et laissait s’écouler le lait de sa bouche. Son changement de comportement m’a mis la puce à l’oreille, et c’est donc à peu près sûre du résultat que j’ai fait le fameux test qui était effectivement positif !

Et puis… L’hyperémèse gravidique a fait son apparition, et avec elle un arrêt net de ma production de lait. Le schtroumpf continuait de réclamer le sein régulièrement, et je lui donnais, même si au final il tétait dans le vide, je voyais que ça le rassurait. Et puis j’ai pu relancer la production entre les 2 épisodes de déshydratation que j’ai connu. Toujours ça de pris !

Et puis… Les sensibilités aux mamelons liées à la grossesse ont commencé… Pas agréable du tout… Et c’était vraiment au-dessus de mes forces de lutter en plus contre ces douleurs alors que je luttais chaque jour contre mes nausées et vomissements. Alors j’ai arrêté de proposer le sein gauche, qui était le plus sensible des deux. Et j’ai serré les dents à chaque tétée que le schtroumpf prenait sur le droit.

Bien évidemment, me voir allaiter enceinte à encore provoqué son lot de regards désapprobateurs et de critiques dans l’entourage. Mais malgré l’horreur de ce premier trimestre, je ne me voyais pas du tout arrêter, et je rêvais d’un co-allaitement schtroumpf/schtroumpfette !

Et donc on a tenté d’aller le plus loin possible. Mais dernièrement, changement hormonal oblige, la production de lait qui n’était déjà pas au beau fixe suite à l’HG s’est complètement tarie au fil des jours, et sur une semaine de temps, le schtroumpf s’est détourné du sein.

Aujourd’hui, cela fait une semaine qu’il n’a plus du tout tété. Il se rattrape en nombreux câlins et bisous.

Personnellement j’avoue éprouver un peu de tristesse quant à ce sevrage induit. Mais je me réjouis de commencer une nouvelle aventure lactée avec la schtroumpfette ! Et qui sait, peut-être que le schtroumpf aura envie de partager ça avec sa petite sœur et de revenir au sein quelques temps ?

Voilà, donc aujourd’hui sonne la fin de ma première aventure lactée, celle qui m’a fait devenir mam’allaitante, conseillère en allaitement, qui a complètement chamboulé mes principes d’éducation en me faisant suivre mon instinct et privilégier un maternage proximal et une éducation bienveillante. Bref, celle qui a tout changé. Et dont je chérirai le souvenir toute ma vie !

Et vous les super mums ? Avez-vous subit un sevrage induit par une nouvelle grossesse ? Comment cette étape s’est passée pour vous ? Racontez-moi tout !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s